Montbourcher

De wiki-aufil
Révision datée du 20 mai 2018 à 09:22 par Admin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Histoire et mémoire
Bordage 01.jpg
Famille Montbourcher
Région Drapeau-breton.jpg Bretagne
Département Armoiries-35.jpg Ille-et-Vilaine
Commune Logo Erce.jpg Ercé près Liffré
Objet Personnes
Période XIIIème siècle
Références
Rédacteur(s) B. Pivette
Archives NC




La Famille Montbourcher

Blason des Montbourcher

Montbourcher : ce nom est d’origine germanique. Dans la noblesse bretonne figurait la très illustre Maison de Montbourcher originaire de Vignoc dont le vieux manoir fut abandonné au 14 ème siècle pour le manoir du Bordage. C’est à cette famille que l’on doit la fondation du château du Bordage, au XIVème siècle. Ce château avait pour armes un écusson sur lequel on pouvait lire : « D’or à trois channes ou marmites de gueules » inspiré d’un sceau de 1357. Cette version de l’écusson n’est pas définitive. En effet, au XVIIème siècle, il fut orné d’une couronne de Marquis entourée de deux palmes d’or. La devise de la maison était : « assez d’amis quand elles sont pleines ».

Le premier seigneur du Bordage connu est Renaud Ier de Montbourcher, auquel en 1312 le Duc de Bretagne accorda les droits d’usage dans ses forêts de Rennes et de Liffré. Parmi les plus illustres seigneurs de Montbourcher, on peut citer Renaud qui fut Garde des Sceaux du Duc de Bretagne; Renaud II, compagnon de du Guesclin; Bertrand de Montboucher, chambellan du Duc de Bretagne en 1426; René III qui fut tué en 1488 à la Rencontre de Saint-Aubin-du Cormier : défaite du Duc de Bretagne dont découla en 1532 le rattachement de la Bretagne à la France. René IV de Montboucher (1499) fut gouverneur de Rennes et Lieutenant Général de Bretagne. René VII de Montbourcher obtint de Louis XIV en 1656 l’érection en Marquisat de sa Seigneurie du Bordage. Le 13 octobre 1656, le roi Louis XIV unit tous les châtelains de Montbourcher au Bordage : ceux de Vignoc et de Sérigné en Liffré. Il créa ainsi le Marquisat du Bordage qui faisait alors 7 lieues de long et 4 de large (28 km sur 16 km). Ce Marquisat comprenait : Ercé, Chasné, Saint Aubin du Cormier, Mézière, Vignoc, Saint Médard, Gahard, Liffré, La Bouëxière, Dourdain et Gosné.

Il va de soi que le seigneur du Bordage avait des droits : il avait notamment celui de faire courir quintaine à Ercé, Chasné et Vignoc, c’est-à-dire que les nouveaux mariés devaient, l’année de leurs noces, courir à cheval avec une lance et frapper le bout de l’écusson de la seigneurie, placé dans un lieu appelé la quintaine. Si la lance n’était pas rompue, alors le coureur devait payer une amende. Ce droit n’était pas unique. Le seigneur avait un droit de bouteillage à Chasné (deux pots par pipe de cidre ou de vin) et une foire dans les halles d’Ercé quatre fois par an. De plus, il se réservait le droit de choisir le maître d’école qui devait enseigner aux enfants de ses seigneuries notamment en la paroisse de Chasné.

D’autre part signalons une caractéristique historique du château. Celui-ci fut en effet un centre du protestantisme de 1563 jusqu’en 1701. Citons René VI de Montbourcher, de « la religion prétendue réformée » qui se distingua durant les guerres de Religion. Après une période de tolérance pour la religion protestante, le roi de France Louis XIV décida de l’interdire. Sous les menaces, René VIII de Montbourcher abjura le protestantisme et devint officiellement catholique.

En 1789, la Révolution Française éclata et René-François de Montbourcher émigra. Le Château du Bordage fut confisqué par l’État puis vendu 10 000 livres le 4 mai 1793 à M. Julien Guyot ( qui devint le premier maire d’Ercé ). La famille Guyot conserva le Château du Bordage jusqu’en 1957.